Les antennes relais

A Vitré, comme sur pratiquement tout le territoire, en quelques années, les antennes ont surgi sur les hauteurs de la ville, en haut des châteaux d'eau, des pylones construits pour les accueillir, cachées dans des clochers ou dans des fausses cheminées.

L'actualité régulièrement pose le problème des conséquences sur la santé des champs électriques et des ondes générées par ces antennes. Une pathologie nouvelle est apparue, l'électrosensibilité, c'est à dire l'allergie aux champs électromagnétiques.

Une convention lie les opérateurs téléphoniques et les Communes (--> comme celle-ci pour Vitré).

A Vitré, une charte a été négociée avec les opérateurs.

Vitré Tuvalu, qui avait participé aux réunions, a refusé de signer cette charte, notamment parce qu'elle ne fixait pas les limites des niveaux d'exposition à 0,6v/m.

Les implantations

cliquez sur la carte

Sur le site de l'ANFR, vous pourrez voir les lieux d'implantions et les types d'antennes à Vitré.


Il y a différents types d'antennes positionnées sur les chateaux d'eau, clochers, toits ou pylones : celles qui sont nécéssaires à la télévision, à la radio, et celles de plus en plus nombreuses nécessaires à la téléphonie mobile.

Rue de Fougères
Free : 3G
Orange : 1G
SFR : 1G + 3G

Rue de Redon
Bouygues : 1G + 4G
Orange : 1G + 3G
SFR : 1G + 2G

Rue de Plagué
Orange : 1G + 2G + 3G + 4G
Free : 3G

Ste Croix
SFR : 1G + 2G

Tour St Martin
Bouygues : 1G + 3G + 4G

Rue Georges Garreau (bien cachée)
Orange : 1G + 3G + 4G



Les normes

Dans ce document :

--> Télephonie mobile : guide des relations entre opérateurs et Communes

On peut y lire :

"Il est important que le déploiement de réseaux de téléphonie mobile se fasse dans la transparence et en tenant compte des préoccupations sanitaires et environnementales des populations.

À cet égard, en l’état actuel des connaissances scientifiques, la position des autorités sanitaires internationales (Organisation Mondiale de la Santé) et nationales (en France, le Ministère de la Santé) indique qu’il n’existe pas d’impact négatif de l’exposition aux ondes électromagnétiques émises par les antennes-relais sur la santé humaine. Des recherches scientifiques sont néanmoins menées à travers le monde pour parfaire les connaissances sur le sujet des radiofréquences et confirmer ou non l’innocuité des antennes-relais."

La règlementation française actuelle définit des valeurs limites d’exposition du public largement supérieures à celle des autres pays étrangers.

Elle se réfère à la recommandation 1999/519/CE du 12 juillet 1999 du Conseil de l’Union européenne qui a été transposée par le décret n° 2002.775 du 3 mai 2002 relatif aux valeurs limites d’exposition du public aux champs électromagnétiques émis par les équipements utilisés dans les réseaux des télécommunications ou par les installations radioélectriques.

Par conséquent, les valeurs limites actuelles sont de :

• 41 V/m pour le GSM 900 (téléphonie mobile 2G)

• 58 V/m pour le GSM 1800 (téléphonie mobile 2G)

• 61 V/m pour l’UMTS (téléphonie 3G)

• 28 V/m pour un émetteur de radiodiffusion

• 31 à 41 V/m pour un émetteur de télédiffusion.

Or le Parlement européen confirme l’existence d’un risque lié aux champs électromagnétiques pour la santé humaine. Il constate que les limites d’exposition aux champs électromagnétiques fixées pour le public sont obsolètes.

C'est sur la base des connaissances scientifiques disponibles, que le parlement européen a adopté le 2 avril 2009 une résolution (2008/2211 INI) parce que ces limites fixée précedemment ne tiennent pas compte de l’évolution des technologies de l’information et de la communication ni, d’ailleurs, des recommandations préconisées par l’Agence européenne pour l’environnement ou encore des normes d’émission plus exigeantes prises, par exemple, par la Belgique, l’Italie ou l’Autriche et qu’elles ne tiennent pas compte des groupes vulnérables comme les femmes enceintes, les nouveau-nés et les enfants.

Cette certitude conduit la Communauté européenne non seulement à envisager le renforcement de ses normes concernant les seuils limites, mais également à favoriser clairement une mise en œuvre du principe de précaution.

En effet, certains pays européens ont déjà considérablement baissé leur taux d’exposition. Pas moins de neuf d’entre eux, comme notamment la Grèce, l’Autriche, et la Belgique, ont ainsi réduit leur limite d’exposition à 3 V/m . D’autres comme le comté de Salzburg en Autriche a baissé sa valeur de référence à 0.6 V/m.


Les champs électromagnétiques (CEM)

Les champs électriques sont produits par des variations dans le voltage : plus le voltage est élevé, plus le champ qui en résulte est intense. Ils surviennent même si le courant ne passe pas. Au contraire les champs magnétiques apparaissent lorsque le courant circule : ils sont d'autant plus intenses que le courant est élevé.

Champs électriques

- La mise sous tension d'un conducteur crée un champ électrique

- Ce champ se mesure en volts par mètre (V/m)

- Le champ électrique peut exister même lorsque un appareil électrique est éteint

- L'intensité du champ diminue lorsque la distance à la source augmente

- La plupart des matériaux de construction protègent un peu contre les champs électriques

Champs électomagnétiques

- Le passage d'un courant électrique crée un champ magnétique

- Ce champ se mesure en ampères par mètre (A/m) ou en microteslas (µT)

- Dès que l'on allume un appareil électrique et que le courant passe, un champ magnétique apparaît.

- L'intensité du champ diminue lorsque la distance à la source augmente.

- La plupart des matériaux courants sont incapables de réduire l'intensité d'un champ magnétique.

Les champs électromagnétiques, de toute nature, ont été classés comme cancérogènes possibles par l'OMS en mai 2011.

tout le monde s'accorde à reconnaître que les enfants sont plus vulnérables aux champs électromagnétiques, et que l'l'Afsset (ancien ANSES), Agence Française de Sécurité Sanitaire et du Travail, dans son dernier rapport, bien que très soucieuse de ne pas agiter de "peurs irrationnelles", a tout de même relevé parmi ses points de préoccupation l'exposition des enfants aux champs électromagnétiques.

Pour les antennes relais,

La seule puissance à prendre en compte est la puissance rayonnée (PIRE : puissance isotrope rayonnée équivalente) qui est le produit de la puissance électrique par le gain de l’antenne (valable dans l’axe de l’antenne).

Pour les antennes-relais la puissance électrique est de quelques dizaines de Watts, le gain des antennes est d’environ 50 et donc la puissance rayonnée (PIRE) est de quelques centaines de watts, voire quelques kilowatts. (Exemple : PIRE (W)= 20W x 50 = 1000W)

L’atténuation est proportionnelle à la distance en champ libre et chaque obstacle provoque une atténuation.

La limite fixée pour le champ électrique n'est pas celle de la puissance d’émission mais celle de la valeur mesurée en un lieu X (ex : l'intérieur d'un logement exposé). Actuellement, cette limite est fonction du type d’émission (radio,tv,gsm,umts) et pour les antennes relais, rappelons que les normes actuelles sont : 41V/m (GSM900), 58V/m (GSM1800) et 61V/m (UMTS). Or les valeurs mesurées généralement sont de l’ordre de quelques V/m, et sont très largement inférieures aux normes actuelles.

Il est très rare que le niveau dépasse 6 v/m, Même une norme à 3 V/m changerait peu de chose pour les installations actuelles.

Par contre une norme à 0,6 V/m amènerait des changements importants puisque cette valeur est souvent dépassée.



Champs électromagnétiques de haute fréquence

Les téléphones portables, les émetteurs de radio et de télévision et les radars produisent des champs électromagnétiques dans le domaine des radiofréquences. Ces champs servent à transmettre des informations à grande distance et ils sont à la base des télécommunications en général et notamment des émissions radiotélévisées sur toute la planète. Les microondes ou hyperfréquences sont produites par des champs électromagnétiques de radiofréquence qui se situent dans la bande des gigahertz. Dans les fours à microondes, elles servent à réchauffer rapidement la nourriture.

Le principal effet biologique des champs électromagnétiques de radiofréquence est de nature thermique. Cette propriété est mise à profit dans les fours à micro-ondes qui permettent de réchauffer les aliments. Dans ce domaine de fréquence, l'intensité du champ électromagnétique auquel on peut être exposé est très inférieure à celle qui est nécessaire pour produire un effet calorifique important.

Les fréquences

50 Hz : Extrêmement basses fréquences (ELF) ; Lignes électriques et courant domestique

20 kHz : Fréquences intermédiaires ; Écrans vidéo, plaques à induction culinaires

88 – 107 MHz : Radiofréquences ; Radiodiffusion FM

300 MHz – 3 GHz : Radiofréquences micro-ondes ; Téléphonie mobile

400 – 800 MHz : Téléphone analogique (Radiocom 2000), télévision

900 MHz et 1800 MHz : GSM (standard européen)

1900 MHz – 2,2 GHz : UMTS

2400 MHz - 2483.5 MHz : four à micro-ondes, Wi-Fi, Bluetooth

o,6v/m ?

Les opérateurs argumentent sur le fait qu'il n'est pas possible de limiter à cette puissance (0,6v/m) parce que cela aténuerait considérablement les réceptions, surtout en limite de zones d'émissions et qu'il faudrait multiplier au moins par trois les antennes et les lieux d'implantations.

Si à un lieu Y on mesure 3v/m, à Y+1000m il restera 0,15v/m, s'il n'y a pas d'obstacle et si on reste dans l'axe, et le seuil de fonctionnement d'un mobile est de 0,002v/m. Mais de fait, en milieu urbanisé, les obstacles sont nombreux.

Il y a pourtant plusieurs solutions en fonction des sites : baisse effectivement des puissances, éloignement des antennes, surélévation des antennes, mutualisation des bons sites...

Enfin les utilisateurs des mobiles et les riverains soucieux de ne pas être surexposés étant les mêmes personnes, elles peuvent accepter une mauvaise réception dans une cave, une pièce aveugle, un fond de jardin...

En savoir plus :

--> Les aspects juridiques du dossier

--> electrosmog.info

--> Le rapport BioInitiative

--> Robin des toits

--> Site de l'OMS

--> La clef des champs


Notre page Facebook - Facebook   Twitter

Vitré

Nature

Eau

doc planification

Dossiers